Blogue / Wialon est mis à la mer: contrôle du carburant pour le vraquier

Wialon est mis à la mer: contrôle du carburant pour le vraquier

19 octobre, 2018
Kirill Yakynin

Aujourd'hui on vous propose de découvrir comment connecter le transport fluvial à Wialon. Ce projet complexe et ambitieux a été réalisé avec l'aide de Technoton, le partenaire technologique de Gurtam.

Le défi

Trois énormes vraquiers de 94 mètres de long naviguent sur la Volga dans la région de Nijni Novgorod de la Russie.

Normalement, ils brûlent 225 litres de carburant par heure. Comment peut-on le savoir?

En aucune façon.

Ce nombre n'est rien d'autre qu'un taux de consommation tiré de la documentation. Personne ne savait combien de litres ont été brûlés jusqu'à ce que les propriétaires installaient l'équipement de Technoton et mettaient en œuvre Wialon. La situation était la suivante:

  • Les gestionnaires de la société mère estimaient que les taux étaient trop élevés.

  • Les ouvriers remplissaient le réservoir selon les taux.

  • La quantité considérable du carburant a été vendue illégalement, mais personne ne pouvait le prouver.     

En raison des caractéristiques du navire, il ne suffisait pas d'installer un capteur de niveau de carburant ou un débitmètre. Ce vraquier dispose généralement d'un grand réservoir (6) qui fournit du carburant pour deux moteurs (1,2), deux générateurs diesel (3,4) et une chaudière (5).

D:\rab_1_011012\shablony_080713\pres_gurtam_rus_310717_3\4.wmf

La consommation totale du carburant dépend de l’opération de chacune de ces unités. Pour obtenir les chiffres exacts et optimiser la consommation, il est essentiel de comprendre lesquels des éléments fonctionnent vraiment et dans quel mode.

On peut appliquer le taux de consommation de 225 litres lorsque tous les systèmes fonctionnent. Mais que faire si le navire se déplace sur un seul moteur ou si la chaudière ne fonctionne pas? Chacun de ces "que faire si" signifie du carburant supplémentaire qui peut être vendu au comptant.

L'objectif principal n'était pas de prouver que le navire consommait moins de carburant, mais de comprendre pourquoi il en consommait et comment réduire ce nombre. Par exemple, éteindre les systèmes lorsqu'ils ne sont pas nécessaires ou éviter la surcharge du moteur.

La solution: si pas des capteurs de niveau de carburant, alors quoi?

L'idée d'utiliser les capteurs de niveau de carburant a été immédiatement rejetée:

  • Tout d'abord, le capteur de niveau de carburant ne permet pas d'obtenir le taux de consommation exact pour chaque mécanisme.

  • Deuxièmement, les données ne sont pas exactes lorsque le navire est sur l'eau - les erreurs peuvent être graves.   

  • Troisièmement, la longueur non standard des capteurs cause des problèmes de stabilité thermique.

Les spécialistes de Technoton ont proposé une autre approche: équiper chaque unité qui consomme du carburant des débitmètres DFM. Ils ont installé cinq débitmètres avec interface CAN S6 et les connecté au tracker Galileosky 5.0 via un seul bus télématique.

  • les capteurs DFM 250CCAN sont installés dans une conduite de carburant des moteurs de déplacement;
  • les capteurs DFM 100CCAN sont installés dans une conduite de carburant des générateurs diesels.

Le "paradis" pour un installateur: cinq débitmètres, un fil, une sortie CAN.

Les données sur la consommation horaire et totale pour chaque moteur dans différents modes et les heures de fonctionnement sont transférées à Wialon via Galileosky 5.0. Le répartiteur obtient également les données sur la température du carburant et le régime moteur.

Toutes ces informations sont affichées dans l'application web Sensolator sous forme des graphiques, des échelles et des indicateurs à aiguille, de sorte que le répartiteur dispose d'un panneau de commande numérique pour surveiller les capteurs et les valeurs des débitmètres en temps réel.

D:\rab_1_011012\poligrafia\01_2017\sens_2.jpg

Au cours de la mise en œuvre, notre partenaire observait la scène suivante: la navire construit en 1960, les mouettes crient, et dans la cabine, sur le grand écran, le personnel voit le tableau de bord numérique montrant comment le moteur fonctionne en ce moment, ainsi que la quantité du carburant qu'il consomme. Qu'est-ce que tu dis de ça, Elon Musk?

La modularité matérielle est un avantage important pour le client. Cela signifie la possibilité de connecter des équipements supplémentaires compatibles avec la solution existante. Par exemple, dès que le problème principal lié au contrôle du carburant a été résolu, le client a connecté le compteur de tours supplémentaire, les capteurs de température du carburant et les caméras. Tout a été fait par CAN S6.

D:\rab_1_011012\shablony_080713\pres_gurtam_rus_310717_3\4.jpg

Les résultats

Ils ont réduit les frais de carburant de moitié. Auparavant, un voyage de deux semaines exigeait 20 tonnes de carburant selon les taux. La surveillance du carburant a montré que ce chiffre ne dépasse pas 10 tonnes. Lorsqu'il y a plus de 20 navires de ce type, on peut faire fortune grâce à un aller simple.

Maintenant il n'y a pas de carburant en excès. Même s'il y en avait, il n'y a nulle part où le vendre. La mise en oeuvre de Wialon a permet d’éliminer les arrêts non autorisés où le personnel vendait du carburant.

De plus, le transporteur sait le temps de fonctionnement de chaque unité, ainsi que le mode – au ralenti, optimal, sous charge. Et si en cas du moteur tournant au ralenti le navire consomme moins de carburant, il vaut mieux mettre fin au fonctionnement sous charge pour éviter des pannes fatales.

Si vous avez lu jusqu'à la fin, cela vous intéresse vraiment. Les spécialistes de Technoton ont mis au point, essayé et testé la solution. Écrivez-nous à marketing@gurtam.com, et nous vous aiderons à prendre contact avec le développeur. Ou parlez nous de votre projet pour le promouvoir sur notre blog.

Kirill Yakynin
Kirill Yakynin
Kirill est chef de marque à Gurtam. Il maintient l'intégrité de la marque dans toutes les initiatives de marketing et de communication de la société et s'assure que les produits de Gurtam trouvent un écho chez les clients actuels et potentiels.

Partager

Lire aussi