Blogue / Queclink: “On sait déjà ce qu'il faut pour progresser”

Queclink: “On sait déjà ce qu'il faut pour progresser”

18 septembre, 2020
Leonid Losich

En 2019, le fabricant de matériel Queclink n'a pas été classé dans le TOP 10 des fabricants de matériel GPS, mais les dirigeants de l'entreprise ont alors promis qu'ils seraient sur la liste en 2020. Et Queclink a tenu sa promesse en se classant septième cette année.

Nous avons demandé à Manuel Mendoza, le directeur des ventes internationales, de nous dire comment Queclink est tenu sa promesse, de partager les plans de l'entreprise sur les marchés d'Europe occidentale, les pays de la CEI, et de parler de la façon dont COVID-19 a affecté l'entreprise.

Quel sentiment cela fait-il d'être dans le TOP 10?

Enfin dans le TOP 10! On l'a fait! C'est un bon résultat. On sait déjà ce qu'il faut pour progresser. Il y a du potentiel pour la croissance et des opportunités.

Avez-vous été surpris de retrouver Queclink dans le TOP 10?

Nous surveillions le nombre de nos appareils connectés à Wialon, afin de pouvoir estimer la position dans laquelle nous pourrions nous trouver. Nous avions prédit que Queclink se classerait huitième ou neuvième. La réalité était un peu meilleure que les plans. 

Queclink à la cérémonie de GPS Hardware Manufacturers TOP 10

Quel est le secret du succès? Qu'est-ce qui vous a permis de vous classer septièmes?

Le succès s'explique par la croissance globale de l'activité de notre entreprise. On a connu la croissance remarquable au cours des deux ou trois dernières années. En ce qui concerne les connexions à Wialon, tout a changé après l'arrivée de Gurtam en Amérique latine, où on a de bonnes positions sur le marché pendant longtemps. En outre, on a récemment commencé à travailler plus activement en Europe, où l'on a de nouveau rencontré Wialon. Notre progrès est donc le résultat naturel de la croissance de l'entreprise.

La vie vous confronte à Gurtam partout dans le monde :). Quelles sont vos impressions sur la coopération?

Queclink et moi-même sommes heureux de travailler avec Gurtam. Nous avons établi une communication directe, votre équipe est toujours ouverte à la communication. Presque tous les modèles de nos équipements sont intégrés à Wialon, et votre équipe y intègre rapidement de nouveaux appareils.

Vous avez mentionné que Queclink est devenu plus actif en Europe. Il y a déjà suffisamment d'acteurs forts ici et votre marque n'est pas si populaire. Qu'allez-vous faire?

Aux États-Unis et en Amérique latine, où on travaille depuis longtemps, on est bien connu. Mais dans les pays de la CEI et en Europe, Queclink est peu connu - dans cette région, on continue à se développer et à faire le nom sur le marché de la surveillance des transports. Beaucoup de ceux qui commencent tout juste à nous connaître sont étonnés du volume de nos affaires: il y a plus de 10 millions de nos appareils dans le monde. Et ce, alors que Queclink est encore relativement jeune (la société a été fondée en 2009). Vous serez surpris, mais en volume, l'Europe est notre plus grand marché (environ 30%), principalement grâce à quelques partenariats très forts que nous avons dans la région. Nous avons donc le plan ambitieux pour nous développer.

Nous prévoyons maintenant de réaliser une croissance significative en Europe et dans les pays de la CEI. Nous comprenons que nous devons être plus proches de nos partenaires, c'est pourquoi nous avons déjà des employés en Russie, au Danemark et en Lituanie (moi). L'Europe et la CEI sont les régions qui nous intéressent en ce moment; c'est là que nous voulons nous développer.

Comment COVID-19 a-t-il affecté vos projets?

Bien sûr, les marchés ont sérieusement ralenti: les ventes ont chuté, le volume des installations de nouveaux appareils a diminué. Mais je ne peux pas dire que tout s'est complètement arrêté. On a eu un peu de chance: au début de 2020, on se préparait au Nouvel An chinois, alors on a chargé à l'avance les entrepôts de tous les composants nécessaires à la production des appareils. Donc, du point de vue de la production, on était bien préparé. Le problème est apparu au niveau de la logistique: en raison du verrouillage, il y avait de nombreuses limites, il devenait donc plus difficile de livrer les appareils aux partenaires. 

Je ne peux pas dire que la pandémie est terminée pour nous, mais la situation a commencé à s'améliorer vers le mois de juin. L'instabilité demeure en Amérique latine, mais la situation est plus ou moins normale en Europe.

Au début de l'interview, vous avez dit que vous voyiez le potentiel de remonter dans le classement des fabricants de matériel GPS. Quels sont les plans les plus proches?

On prévoit de lancer de nouvelles solutions. Par exemple, il y aura des produits compatibles avec LTE et NB-IoT –  on veut augmenter la gamme de ces appareils dans le portefeuille. On va mettre sur le marché plus d’appareils pour le suivi des biens. D'ici la fin de l'année, on va annoncer quelques produits supplémentaires. Donc, on propose aux partenaires de Gurtam de jeter un coup d'œil à notre portefeuille, où ils trouveront des traqueurs de voitures, des appareils pour la surveillance personnelle, un large éventail de gadgets fonctionnant sur batterie, etc.

L'équipe de Queclink

Leonid Losich
Leonid Losich
Leonid est responsable des relations publiques. Il développe la stratégie pour promouvoir les marques de Gurtam et de Wialon sur les marchés nouveaux et existants. Leonid contribue également à l'image de l'entreprise et ses produits phares.

Partager

Lire aussi